Se le dire enfin d’Agnès Ledig

Avis lecture Se le dire enfin d'Agnès Ledig

Dans ce nouveau roman, Agnès Ledig nous propose une immersion dans la forêt de Brocéliande.

Éditions Flammarion – 432 pages


Résumé :

De retour de vacances, sur le parvis d’une gare, Édouard laisse derrière lui sa femme et sa valise. Un départ sans préméditation. Une vieille romancière anglaise en est le déclic, la forêt de Brocéliande le refuge. Là, dans une chambre d’hôtes environnée d’arbres centenaires, encore hagard de son geste insensé, il va rencontrer Gaëlle la douce, son fils Gauvain, enfermé dans le silence d’un terrible secret, Raymond et ses mots anciens, Adèle, jeune femme aussi mystérieuse qu’une légende. Et Platon, un chat philosophe. Qui sont ces êtres curieux et attachants ? Et lui, qui est-il vraiment ? S’il cherche dans cette nature puissante les raisons de son départ, il va surtout y retrouver sa raison d’être.


Mon avis : Se le dire enfin

J’ai beaucoup aimé cette immersion précise dans la nature et dans la forêt de Brocéliande. C’est une balade qu’on y ferait et dans laquelle on rechargerait les batteries en découvrant plein de lieux avec une aura mystique.

C’est un roman lumineux et doux comme sait si bien les faire Agnès Ledig. L’autrice nous rappelle à travers cette histoire la connexion indéniable que nous avons avec la nature mais aussi entre humains. Connexion que nous avons tendance à oublier dans cette société où tout va trop vite et où sommes tournés vers l’individu et la consommation. C’est un beau retour aux sources que nous offre l’autrice à travers ce livre.

La seule ombre à ma lecture a été le nombre important de personnages présents et d’histoires imbriquées qui m’ont un peu perdu parfois. Je me suis sentie comme coupée dans mon élan lorsqu’un passage me plaisait beaucoup. C’est la raison pour laquelle ma lecture a été quand même un peu inégale.

Je trouve que ce dernier roman change des précédents et je suis contente d’avoir pu le découvrir ! Juste avant le bonheur et Marie d’en haut restent pour le moment indétrônables

Je remercie chaleureusement Agnès Ledig et les Éditions Flammarion de m’avoir donné la possibilité de prendre une bouffée d’air forestier en cette période de confinement.

1 Comment

  1. J’ai beaucoup aimé, surtout avec ce décor de Brocéliande

Laissez un commentaire

Votre addresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *